Pages Menu
Formulaire de contact Inscription à la newsletter    
   

Roxane Renard, le dessin pour trouver, le blog pour se perdre.

le 8 septembre 2014
Partage twitter de cette fiche Partage facebook de cette fiche

 

Roxane Renard est une blogueuse de 21 ans à la sensibilité exacerbée, et qu’est-ce que ça nous plaît ! Un petit matin d’été, nous recevons un mail de sa part. Présentation succincte, proposition de rendez-vous, et cette phrase : « Le problème, c’est que je ne sais pas à quelle catégorie j’appartiens ». Problème, problème, vous avez dit problème. On s’empresse de lui répondre là-dessus, avant le reste. « En fait, c’est ce qu’on aime, le fait que tu n’appartiennes à aucune catégorie, notre plateforme est faite pour ça ». Pour le reste, on vous laisse découvrir cette inclassable, dont on retient prioritairement le coup de crayon personnel, et le blog touchant.

 

Ben et Joss : Bonjour Roxane, on procède aux présentations ?

Roxane : Roxane Renard, 21 ans ! J’habite à Lyon depuis 4 ans. Avant ça, j’ai grandi à Antibes.

 

BJ : Quel est ton parcours ?

Roxane : Un Bac STI Arts Appliqués à Antibes, puis une poursuite en BTS Design de Communication Espace et Volume à Lyon. Aujourd’hui je suis en licence professionnelle en alternance dans une école universitaire de management en Communication Multi Média. Parallèlement, j’ai créé un blog qui s’appelle Les Gnous du Chapelier. Après des mois, des années à suivre des bloggeuses de tous bords, j’ai décidé de me lancer et diffuser ce que je fais.

 

BJ : Quelles sont tes inspirations ?

Roxane : Fascinée par de nombreux domaines créatifs, l’inspiration vient en observant les gens, en allant voir des expos ou en marchant dans la rue. Je suis fascinée par le street art, la peinture du 20ème siècle, l’architecture, le design, la mode…

 

BJ : Quel a été ton déclic pour commencer le dessin ?

Roxane : J’ai toujours beaucoup dessiné. Difficile de donner une anecdote précise… En 3ème, je me suis rendue compte que je ne voulais surtout pas continuer en bac général, je suis donc allée en Arts appliqués. C’est de là que le dessin et la création sont devenus peu à peu omniprésents.

 

BJ : Quel est ton rapport au dessin ?

Roxane : Avec mes dessins, je cherche d’abord à m’exprimer, sans tricherie. J’espère que ça peut toucher les gens. J’aime faire des collaborations et des caricatures, c’est des relations plus interpersonnelles.  Il y a un grand décalage entre ce que je fais et ce qui m’inspire. Pour le moment je reste assez égoïste, mais j’espère pouvoir améliorer ça.

 

BJ : D’après tes précédentes réponses, on devine qu’il n’y a pas de vie sans création possible ?

Roxane : Sans création, sans expression, il n’y aura même pas de relations humaines. La vie serait triste et inutile. Tout le monde ne crée pas, mais tout le monde se confronte à des créations. Je vois l’art et la création de manière très globale, créer n’est pas forcément « faire du beau » mais faire ressentir. Nous sommes humains, par conséquent sensibles. Marina Abramović est une grande artiste pour les émotions qu’elle engendre. L’an dernier au MoMa de  New York, elle restait statique face aux gens qui se plaçaient devant elle. Ces personnes étaient submergées d’émotions rien qu’en la regardant dans les yeux. Donc l’art, la création sont bien plus vastes et intéressants qu’uniquement la recherche esthétique, c’est la recherche de la vie.

 

BJ : Une question que l’on n’a encore jamais formulée ainsi : ton idéal créatif nocturne ?

Roxane : Des rencontres, des créations à plusieurs, des échanges. De nuit, la création a un côté plus clandestin je trouve ! Travailler de manière cachée, sans norme, sans contrainte. C’est calme, reposant et inspirant. Mais je suis une grande dormeuse, il me faut des nuits réparatrices et avec des rêves. Si je ne me souviens pas de mon rêve le matin je suis triste. Le rêve c’est une vie parallèle bourrée d’éléments inspirants !

 

BJ : Quelle est la prochaine étape de ton parcours artistique ?

Roxane : C’est très varié ! J’ai un problème pour me spécialiser, je n’aime pas ça. Pour le moment, je vais continuer à dessiner, à produire. On verra comment je peux utiliser tout ça pour développer mon blog Les Gnous Du Chapelier. La prochaine étape est de voyager pour découvrir d’autres cultures, paysages, créations. Ça me donnera l’occasion de travailler la photo et de donner plus de fond à mes dessins.

Propos recueillis par Laurie Darmon et Zacharie Ellia



Pour suivre son actualité : Son blog Les Gnous du Chapelier, Facebook, Page Artiste sur Ben et Joss.

Voir toutes les autres fiches