Pages Menu
Formulaire de contact Inscription à la newsletter    
   

Michael Sehn, nom de famille prémonitoire.

le 7 février 2015
Partage twitter de cette fiche Partage facebook de cette fiche

 

Des classes d’école où il s’amusait à faire rire ses professeurs aux scènes des comedy club new-yorkais, Micheal Sehn n’a jamais cessé d’avoir de l’ambition. Comédien-humoriste mordu de Jerry Seinfeld et Gad Elmaleh, ce jeune Parisien qui découpe son temps entre la France et les Etats-Unis a trouvé le juste équilibre en co-créant les French Comedy Night qu’il décrit comme « un plateau d’humoristes français qui s’adresse aux francophones de New-York ». Rencontre avec un artisan du rire qui prône le mélange des cultures.

 

Ben et Joss : Quel a été ton déclic pour commencer le stand-up ?

Michael Sehn : Je n’ai pas de déclic précis car j’ai toujours voulu et aimé faire rire. En fait je crois que je donnais mes premières “représentations” en classe, à l’école. Je cherchais toujours le bon mot pour faire rire camarades et profs, surtout.

 

BJ : Quel parcours as-tu suivi pour te professionnaliser dans la comédie ?

Michael : J’ai fait du théâtre pendant 10 ans pour apprendre, et cela fait 2 ans que je peux commencer à en vivre.

 

BJ : D’où vient cette aisance scénique ? Famille d’artistes ?

Michael : En fait, je suis le premier artiste de la famille. Bien sûr l’aisance scénique s’apprend, mais je pense que lorsqu’on fait ce que l’on aime, cela se voit je crois !

 

BJ : As-tu des mentors de la comédie et du one-man show ?

Michael : En France, Gad Elmaleh bien sûr, et aux Etats-Unis, j’aime beaucoup Jerry Seinfeld. C’est le patron du stand-up là-bas ! Les deux sont d’ailleurs très amis. Et puis il y a aussi des personnes comme Kallagan que je respecte beaucoup.

 

BJ : Nous avons pu voir que tu as co-créé, suite à une rencontre, les French Comedy Night. De quoi s’agit-il exactement ?

Michael : C’est un plateau d’humoristes français qui s’adresse aux francophones de New-York.  Nous avions fait le constat avec Kallagan qu’il existait les “Italian Comedy” ou encore les “Irish Comedy” mais aucune scène d’humour française ! Nous l’avons donc créée et nous sommes fiers de nous adresser à la quatrième plus grosse communauté des Etats-Unis. Notre ambition est d’exporter ce concept dans le monde entier, nous avons d’ailleurs eu quelques sollicitations…

 

BJ : Tu tournes autant à Paris qu’à New-York et plus largement dans toute l’Amérique. Où souhaiterais-tu faire évoluer ta carrière ? Penses-tu que la terre américaine nourrit plus généreusement les désirs artistiques ?

Michael : La première fois que je suis allé aux Etats-Unis, en 2008, je ne voulais pas me monter la tête et croire au fameux “rêve américain”, sauf que je me suis rendu compte que ce n’était pas une légende… On ressent vraiment l’impression que tout est possible et que personne ne se braque sur vos idées. Au contraire, aussi farfelue soit votre idée, les gens vous encouragent ! Concernant ma carrière, je suis aujourd’hui entre Paris et New-York mais je veux jouer partout où il est possible de jouer, je n’ai aucune limite et c’est aussi ça l’esprit des French Comedy Night, jouer sur la scène internationale.

 

BJ : Qu’est-ce que l’art pour toi ? Comment définirais-tu le rapport que tu as à ton art ?

Michael : L’art est propre à chacun, pour moi, il s’agit de “L’art de faire rire” . Je fais rire, réagir et parfois réfléchir. Clairement je n’ai pas le droit à l’erreur. Si je ne suis pas drôle, les gens ne rigolent pas, c’est un peu blanc ou noir. C’est ce qui est spécifique à cet art : l’effet immédiat. Mais c’est aussi ce qui fait l’adrénaline de ce métier et le défi que j’ai choisi de relever tous les jours sur scène.

 

BJ : Une nuit créative : qu’est-ce que cela t’inspire ?

Michael : Une nuit entière à écrire, se creuser la tête pour trouver LA vanne qui retournera la salle. Trouver de nouveaux angles, refaire, recommencer, ré-essayer avec un nouveau ton, une nouvelle mise en scène, tout donner dans la créativité sans rien lâcher. Cela peut être aussi une nuit passée sur scène où, porté par le public, on se permet d’innover, de créer de nouvelles choses en direct, et quand ça passe c’est de l’adrénaline pure !

 

BJ : Quelle est la prochaine étape de ton parcours artistique ?

Michael : Je suis sur l’écriture de mon spectacle (en français et en anglais). Actuellement je le peaufine sur les scènes des comedy club new-yorkais ou sur les plateaux français. Aussi, en avril et mai 2015, on fera un French Comedy Tour à Montréal, New-York et Miami … !

 Propos recueillis par Zacharie et Laurie

 


Pour suivre son actualité : Site ; Facebook ; Page Artiste sur Ben et Joss.

Pour plus d’informations sur les French Comedy Night : Site ; Facebook.

Voir toutes les autres fiches