Pages Menu
Formulaire de contact Inscription à la newsletter    
   

La régulière proposée par Jacques

 le 8 mai 2014
Partage twitter de cette fiche Partage facebook de cette fiche

Je suis tombé par hasard, il y a quelques mois,  sur un reportage  évoquant un accroissement massif depuis quelques années de la délinquance chez les seniors au Japon, phénomène dont on nous dit qu’il toucherait déjà l’Allemagne et les Etats-Unis ; selon les têtes pensantes de nos ministères, nous pourrions en être affectés dès 2025.

Face à cette vague de délinquance qui risque de déferler dans nos paisibles cités, je lance un appel citoyen: il s’agit de ne pas rester inactif et d’apporter notre contribution à la réflexion commune.

Après tout, il faut bien noter que nous-mêmes avions déjà été alertés par l’attitude de certains vieux: dos qui se courbent et regards en dessous, simulation de pertes de mémoire et de troubles spatio-temporels, bref de quoi jeter le manteau sur de troubles  activités. Cette propension également à s’organiser en groupes constitués en demandant massivement l’entrée en maison de retraite aurait déjà dû nous interroger, tout autant que cet acharnement déraisonnable à l’allongement de l’espérance de vie pour se donner les moyens de projets criminels au long cours.

Nous sommes en danger et face à cela, il y a des dispositions d’urgence à prendre.

Bien évidemment, en premier lieu mise sous surveillance video et audio de leurs lieux de regroupement, mais aussi des lieux de sommeil, et surveillance de leurs communications. Il est à noter qu’ils utilisent un langage codé où les considérations sur le quotidien ( les repas, la santé, le personnel, les visites des proches, …) servent à faire passer des messages à leurs complices ; un service de décryptage dédié devra se créer rapidement. Cette surveillance devra s’exercer avec une vigilance accrue au domicile de ceux qui vivent encore dans leurs propres appartements : étant au contact direct de la population, ils constituent un risque immédiat pour leur environnement. Toutes ces mesures devront être opérationnelles dès la sortie de la vie professionnelle, à partir de laquelle les risques sont majorés et devront y associer étroitement le corps médical. Pour celui-ci, la première demande sera un fichage ADN à partir d’un prélèvement systématique : comme la plupart des suspects perd ses cheveux ou bave négligemment, il n’apparaît pas nécessaire de demander leur autorisation pour ces prélèvements.

Au-delà des mesures préventives, la répression doit s’exercer sans état d’âme inutile. La première réponse peut paraître moralement condamnable et d’une regrettable violence, mais seule compte l’efficacité : nous commencerons donc par l’audition répétée de la discographie de Justin Bieber ( afin de déjouer les simulations de surdité des suspects, leur capacité d’audition  aura été testée au préalable  par l’écoute de Carla Bruni au volume maximum ). Si ces dispositions ne sont pas efficaces, il ne faudra pas alors hésiter à recourir à des mesures extrêmes, telles la vision répétée  des anges de la télé réalité : on a pu en constater les effets radicaux sur une population échantillon, mesurables par un effondrement de la faculté critique et à terme, le constat d’un électroencéphalogramme plat.

Voilà. N’hésitez pas à faire part d’activités suspectes de sénescents de votre entourage. Il en va de notre sécurité à tous.

Jacques

Voir toutes les autres fiches