Pages Menu
Formulaire de contact Inscription à la newsletter    
   

Louis-Julien Petit, quand « cinéma » rime admirablement avec « engagé ».

le 10 mars 2015
Partage twitter de cette fiche Partage facebook de cette fiche

C’est dans un petit bar naissant du 10e arrondissement de Paris, le CopperBay, que nous rencontrons Louis-Julien Petit, réalisateur du film Discount, actuellement en salles dans toute la France. Un peu sonné par les semaines qu’il vit depuis la sortie du film, Louis-Julien ne sait plus très bien resté en place plus de dix minutes tant l’agitation est grande. Le premier long-métrage de ce jeune réalisateur a en effet marqué les esprits d’une presse qui l’encense et permet à ce film à petit budget d’entrer dans la cour des grands. Nous sommes parvenus à lui poser quelques questions. Courte rencontre avec un cinéaste engagé.

Bande-annonce de Discount, son premier long-métrage

Image de prévisualisation YouTube 

Ben et Joss : Quel fut ton parcours avant d’entreprendre la réalisation de ce premier long-métrage ?

Louis-Julien Petit : Je suis entré à l’ESRA (ndlr : Ecole Supérieure de Réalisation Audiovisuelle) en 2004 et une fois diplômé, j’ai travaillé sur de nombreux longs-métrages en tant qu’assistant mise en scène. Cela m’a permis d’entrevoir les ficelles de la conception d’un film et d’apprendre le rapport aux acteurs.

 

BJ : Justement, quand on regarde Discount, on a cette impression particulière que les acteurs pourraient être assis à côté de nous dans la salle, parmi le public.

Louis-Julien : En effet, j’avais envie de proposer un film où les acteurs ne sont pas des stars qui dégageraient quelque chose d’inaccessible, et j’ai eu la chance d’avoir des comédiens formidables qui ont fourni un travail impressionnant, car pour que cette sensation vienne jusqu’au public, il faut savoir dompter un naturel qu’il n’est pas toujours simple de conserver devant une caméra.

 

BJ : Discount dénonce les rouages du gaspillage alimentaire. Pourquoi ce thème en particulier ?

Louis-Julien : Le gaspillage alimentaire est une réalité sur laquelle il me tenait à cœur de m’arrêter. Au fil de mes expériences en tant qu’assistant mise en scène, j’ai pu constater par exemple que tous les instants, toutes les situations étaient potentiellement propices au gaspillage. J’avais mis en place un système de récupération de la nourriture non consommée dans la régie d’un film pour qu’elle ne soit pas jetée.

 

BJ : As-tu suivi des personnes de ce milieu pour pouvoir décrire au mieux cette triste réalité ?

Louis-Julien : Oui, je me suis notamment nourri des blogs des caissières, supports de récits souvent désespérés et anonymes, car la pression qui découle de la hiérarchisation considérable de ce milieu induit un véritable silence. Rare est le personnel qui s’autorisait à me raconter très franchement son expérience.

 

BJ : Y a-t-il d’autres thèmes que tu projettes d’aborder ? Un prochain long-métrage en vue ?

Louis-Julien : Bien sûr ! J’ai l’impression d’avoir une foule de sujets à traiter et ça me plaît ! Je travaille actuellement sur mon deuxième long-métrage qui sortira je l’espère courant 2015. Affaire à suivre donc.


Pour suivre l’actualité de Discount : SiteFacebook.

Pour suivre l’actualité de Louis-Julien Petit : Page Artiste sur Ben et Joss.

Voir toutes les autres fiches